Blog

Est-il temps de «mettre à niveau» votre masque facial? Une ventilation des niveaux de masque médical

Vous portez consciencieusement un masque ou un masque facial, comme les dirigeants de votre communauté vous l’ont fortement conseillé, et vous faites votre part en restant à 6 pieds l’un de l’autre… depuis près d’un an!

Aussi dur que nous essayons, nous savons tous que ce n’est pas toujours possible. Il y a des produits d’épicerie à acheter, des lieux de travail auxquels assister et d’autres activités où nous ne pouvons pas nous éloigner socialement. Les revêtements faciaux ou les masques non médicaux sont une tentative honnête de ralentir la propagation des bactéries nocives voyageant dans les gouttelettes respiratoires, mais ils ne sont pas testés ni réglementés par les responsables de la santé pour leur niveau de protection et d’efficacité.

C’est là que les masques médicaux entrent en jeu. Vous avez peut-être entendu parler des termes niveaux 1, 2 et 3 au cours de la dernière année, surtout si vous êtes dans le domaine médical. Cependant, les masques médicaux à 3 plis deviennent très populaires dans les endroits traditionnels tels que les écoles, les gymnases, les bibliothèques, les usines de production alimentaire, les fermes, les entreprises, etc.

SO – de quoi s’agit-il? Qu’est-ce qui rend un masque médical plus sûr et plus efficace que celui que ma tante m’a fabriqué, demandez-vous? La réponse à cela, en termes simples, est le test. Tous les masques médicaux au Canada doivent passer par le processus de certification ASTM mandaté par Santé Canada et réussir une série de tests de laboratoire. En fonction de leurs résultats, ils seront jugés de niveau 1, 2 ou 3 (1 offrant le niveau de protection le plus bas et 3 offrant le niveau de protection le plus élevé). Voir ici les résultats des tests pour nos masques de niveau 3 à titre d’exemple: https://unitedcanadainc.com/wp-content/uploads/2021/03/ASTM-Premium-Blue-Test-Report.pdf

Un masque médical comporte 3 couches et toutes les trois sont testées: une couche interne et externe de polypropylène filé et une couche intermédiaire de support non tissé soufflé à l’état fondu.

Comment cela se passe-t-il pour le jargon médical / technique? En plus de cela, voici la page du gouvernement canadien sur les exigences de test des EPI: https://buyandsell.gc.ca/specifications-for-COVID-19-products#200

Décomposons les 5 principales procédures de test:

  1. Efficacité de la filtration bactérienne – Il s’agit d’un élément de test clé qui examine la capacité du masque à filtrer les particules, les bactéries et les virus
  2. Pression différentielle – un test qui mesure la facilité avec laquelle l’air passe d’un côté du masque à l’autre, indiquant la facilité avec laquelle le porteur peut respirer à travers le masque
  3. Efficacité de filtration des particules évalue la rétention des particules ou l’efficacité de filtration des 3 couches à un niveau submicronique
  4. Pénétration du sang synthétique – cela détermine la capacité du masque à agir comme une barrière contre les agents pathogènes à diffusion hématogène
  5. Propagation de la flamme celui-ci est assez littéral! Il expose le matériau à une flamme et mesure le temps nécessaire à la flamme pour remonter le matériau sur une distance de 12,7 cm

Nous espérons que cela jette un peu de lumière sur le monde des masques médicaux, et vous envisagez de «mettre à niveau» vos masques faciaux. Faites défiler notre site pour voir les 3 niveaux de nos masques médicaux testés et réussis avec brio que nous proposons et choisissez celui qui vous convient!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *